Maurice Amato

Quelle passionnante activité ! Écouter durant plus de 10 heures la douce voix de la secrétaire générale adjointe et responsable des finances, Madame Sandra Favre De Oliveira, qui explique ligne par ligne pourquoi la Commune a dépensé moins (souvent), dépensé plus (rarement) ou gagner plus (tout le temps, évaluation des revenus fiscaux).

Le bénéfice de la comptabilité 2021 s’élève à plus de 9 millions alors qu’une perte de plus de 12 millions était prévue.

Cette présentation ligne par ligne rend difficile la lecture d’une vision politique d’ensemble, permettant un positionnement clair sur des objectifs politiques.

Le travail en commission se limite actuellement à un travail factuel et comptable et non politique. Les commissaires n’ont aucun moyen d’analyser et surtout aucune possibilité d’extraire des chiffres ou des résultats la vision politique qui les sous-tend.

Les Vert.e.s avaient fait la demande restée sans réponse, d’avoir une vision comptable, sensible au genre et à la population, afin d’observer quelle politique touche quelle population et d’être ainsi sûr.e.s de l’équité de traitement.

Dans les comptes, comme dans le rapport administratif, aucun lien n’est fait avec le programme de législature. Comment dès lors évaluer son avancement, savoir quels projets prévus ont pu voir le jour et lesquels ont rencontré des difficultés et surtout pourquoi ?

Enfin, les Vert.e.s souhaiteraient connaître l’impact de chaque politique publique sur les émissions de CO2.

Les Vert.e.s de Meyrin-Cointrin espèrent réellement que l’avenir nous permettra de faire de la politique financière et non simplement être des vérificateurs des comptes.

Il est regrettable que le service des impôts cantonaux sous-estiment systématiquement dans ses prévisions les rentrées fiscales ! Ceci ne permet pas aux communes de mettre en place une politique financière sereine et de répondre aux besoins de leurs habitant.e.s.

Les comptes de l’exercice 2021 ont évidemment été largement touchés par la Covid-19. Mais à ceux qui, s’appuyant sur l’excédent de plus de 9 millions de francs, demandent une baisse du centime additionnel, les Vert.e.s répondent par un appel à la prudence. Il est difficile de mesurer les conséquences à moyen terme de la pandémie et de la guerre en Ukraine sur les finances des entreprises et des particuliers.

En effet, une vague de faillites est encore à craindre, surtout qu’en 2022 débute le remboursement des prêts Covid. Dès lors, il est prématuré et irresponsable de vouloir maintenant modifier l’impôt communal.

Chaque année, les Vert.e.s déplorent que les sommes allouées à la formation des employé.e.s ne soient que très peu dépensées et que le nombre d’heures supplémentaires ne baisse pas. A leurs yeux, la Covid n’explique pas tout, s’agissant d’un phénomène récurrent. Le CA devrait en faire une priorité politique, réfléchir à des pistes, telles qu’engager des collaboratrices/teurs plus polyvalent.e.s, favoriser une rotation du personnel, une meilleure anticipation des congés, etc. Et évidemment stimuler et encourager la formation.

Les Vert.e.s ont profité de ce moment de bilan annuel pour exprimer quelques inquiétudes : certains services travaillent sous pression avec une réserve de postes vacants, soit-disant par manque de ressources pour engager et former de nouvelles recrues. Cela risque de mettre tout un service en souffrance et d’amplifier le nombre d’absences.

Ils et elles ont également observé encore beaucoup d’incohérences dans la communication en général de la Commune avec encore trop d’imprimés qui passent directement aux déchets.

Convaincu.e.s que la Commune dispose encore d’un grand potentiel d’optimisation, les Vert.e.s souhaiteraient travailler sur des solutions avec la responsable des achats durables.

C’est avec ses réserves, ses observations et ses propositions que les Vert.es de Meyrin-Cointrin ont adopté les comptes 2021 de la commune de Meyrin.