Les Verts au Conseil muncipal

Meyrin est une commune riche, que ce soit au niveau de son offre culturelle, sociale et sportive, que du point de vue financier.

En effet, depuis plusieurs années, Meyrin a toujours eu des comptes équilibrés, allant même à faire des bonis extraordinairement élevés dépassant la dizaine de millions. Depuis 2011, ceux-ci s’étaient quelque peu tassés, mais toujours positifs. En raison de prévisions de l’Ètat plus pessimistes et de nombreuses incertitudes quant à l’avenir, les partis de la droite élargie (MCG, UDC, PLR, PDC) ont refusé chaque année un certain nombre de projets ou de postes nécessaires au bon fonctionnement de notre administration communale.

Lors de la dernière séance du Conseil municipal, les comptes 2016 ont été présentés avec un boni de plus de 14 millions de francs suisses, soit environ 13% d’excédent de recettes ou de non-dépensés.

Ce boni s’explique en partie par des revenus extraordinaires et des rattrapages d’impôts de personnes morales. Enfin, un certain nombre de nouveaux postes votés ou à repourvoir n’ont pas pu l’être dans les temps, faute de ressources humaines suffisantes.

Alors que la Commune obtient des résultats extraordinaires, la pauvreté s’aggrave encore pour une partie de notre population. C’est pourquoi les Verts pensent que ces bons résultats doivent inciter les autorités à se doter des moyens nécessaires pour assurer un bon fonctionnement communal, ainsi qu’une bonne qualité de vie et de ville à tous, ce qui implique aussi de pouvoir venir en aide aux personnes en difficultés. Dès lors, si aujourd’hui une augmentation de l’impôt communal n’est plus à l’ordre du jour, une baisse serait tout aussi inappropriée.

Les Verts de Meyrin-Cointrin jugent indispensable que la Commune puisse prévoir au mieux les dépenses des années à venir, en prenant en compte les défis à venir. L’augmentation de la population meyrinoise appelle de nouveaux investissements dans tous les domaines, petite enfance, écoles, infrastructures sportives et culturelles, espaces publics (aménagement du cœur de la cité), administration communale (nouvelle mairie). La bonne nouvelle c’est que nous avons les moyens de satisfaire les besoins fondamentaux des habitants actuels et futurs de notre ville.