Les Verts au Conseil muncipal

Dès le début de l’étude de ce budget, nous nous sommes posé la même question, mais quelles sont les valeurs défendues par les élus de droite? 

Quelles sont leurs propositions visant à une meilleure gestion? Quelles sont les réponses aux attentes de la population sur l’enseignement, la politique sociale? Comment améliorer le fonctionnement des services à la population et comment diminuer les coûts et les charges ?

Un seul mot nous vient à l’esprit pour répondre à notre analyse de la vision de la droite: du BRICOLAGE ! 

Des économies et des coupes systématiques dans la culture et le social 

Faut-il le voir comme un budget d’austérité peut-être? Dans ce cas pourquoi le budget de fonctionnement présenté par le Conseil administratif était parfaitement équilibré ?  La droite n’a, à notre grand regret, proposé aucune solution positive, aucune solution intelligente, aucune solution novatrice.

S’agit-il d’un budget de solidarité peut-être ? Mais dans ce cas, est-ce une attitude très solidaire d’augmenter les jetons de présence des conseillers municipaux, alors que des postes importants dans le secteur social ou culturel sont balayés ?

Les Verts défendent de vraies valeurs. Nous ne proposons pas exemple pas des coupes dans le domaine du sport ou celui de la gérance des bâtiments, car il s’agit là de prestations importantes vouées à la population de notre commune. Nous nous sommes d’ailleurs plutôt dirigés vers un renforcement de l’offre en faveur du sport et de la santé publique, en demandant récemment une ouverture prolongée des piscines communales.

Nous avons décidé de défendre d’autres valeurs, notamment la formation et l’éducation ou encore l’emploi. C’est pourquoi nous avons soutenu les postes demandés dans le service du développement social et emploi (DSE) et au Jardin botanique Alpin.

Alors que nous savons aujourd’hui que le Département de l’Instruction Publique (DIP) cherche à faire des économies et des coupes dans son budget de fonctionnement, nous souhaitons répondre que dans le domaine de la formation extra-scolaire, les communes ont un grand rôle à jouer. 

Nous nous demandons sérieusement si la droite veut abaisser le niveau de réflexion de  notre population ou l’élever ? Des études ont montré que le facteur premier de l’échec scolaire et professionnel ne vient pas forcément du milieu socio-économique, mais aussi de l’environnement socio-culturel. C’est aussi par des actes de prévention à long terme, que l’on peut diminuer le taux de demandeurs d’emploi ou mieux former les actifs pour leur offrir de meilleurs chances de conserver leurs emplois.

La formation du personnel de notre administration, mais aussi le soutien de postes de travail dans le domaine de la sécurité correspondent aussi à nos valeurs. Nous souhaitons qu’à Meyrin il règne un sentiment de bien-vivre dans un environnement physique et social favorisant le bien-être des personnes et des biens, en toute sécurité.

Nous constatons enfin que sur le plan financier, la menace de baisses de rentrées fiscales est régulièrement brandie par la droite pour justifier ces économies, alors que les années continuent de se suivre avec des comptes excédentaires.

Nous pensons donc que les véritables raisons d’augmentation de notre budget sont les suivantes:

- La droite est un peu cigale parfois, et a voté ces dernières années des deux mains de nouvelles et coûteuses infrastructures, qu’il faut désormais bien entretenir.

- L’année 2017 verra l’ouverture de deux nouvelles crèches, qui ne permettront pas d’augmenter le nombre de places par habitant, mais tout au moins d’améliorer le taux d’occupation au regard de la demande.

- Enfin, le chantier des Vergers, les surélévations d’immeubles, et les nouvelles constructions font croître le nombre d’habitants. 

Heureusement  nos  recettes suivent, grâce à l’augmentation de la population liée à ses constructions, mais aussi grâce à l’implantation de nouvelles entreprises dans notre zone industrielle. Cette année, le budget proposé par le Conseil administratif nous semble juste, et certains points nous tiennent même particulièrement à coeurˇ: 

Le passage à 70% d’énergie dite « vitale-verte » proposée par les SIG. Celle-ci est produite sur le canton et est renouvelable. Le 100% est un objectif que la commune doit garder en vue pour un futur procheˇ!

Les futures constructions, la suite du chantier des Vergers, la nouvelle Mairie, ou les  rénovations à entreprendre sur les bâtiments communaux suite aux études par le modèle EPIQR+, nous confirment que le poste d’architecte demandé par le service de l’urbanisme et travaux publique, mais refusé par la majorité de droite nous semblait être des plus avisés. 

Un projet de budget communal adapté, mais finalement diminué

Le budget présenté nous semblait correspondre à la réalité de notre commune, même si nous pensons que certains services de l’administration communale auraient très bien pu s’accommoder de montants un peu plus réduits. Gageons que lors de la présentation des comptes en avril prochain, nous ne constaterons pas comme à chaque exercice des non-dépensés importants.

Cependant, cet avis n’est pas partagé par tout le monde. En effet, les partis de la droite élargie, entendez ici le PDC qui d’ailleurs vote contre l’avis de son Conseiller administratif, le PLR, l’UDC, et le MCG, se sont déguisés en fourmis et ont décidé qu’il fallait a tout prix économiser. Il s’agit de leur vision politique et jusque-là, on pourrait se dire qu’il n’y a rien de très étonnant. Pourtant, constatons chaque année que ce sont toujours les mêmes services et prestations qui voient leur budget ne pas être adapté à leurs besoins, quand il ne s’agit pas de baisses.

Tout d’abord la culture... Que ce soit le Théâtre Forum Meyrin ou d’autres projets culturels comme le Jardin Botanique Alpin, ces services, qui visent à n’en devenir plus qu’un, sont malheureusement les victimes préférées de nos collègues de droite. Mais ce ne sont hélas pas les seuls.

Malgré le retrait de deux amendements, cette année la droite a aussi décidé de s’attaquer aux  associations qui visent à soutenir l’intégration issue de la diversité. Que ce soit le CEFAM, en demandant une baisse de leur subvention de 47'000.-, ou encore une suppression de la subvention de 7’000.- pour les cours de langue albanaise,  on se pose légitimement la question : quel est le message que la droite veut délivrer par ces demandes de diminution ou de suppression de subventions?  Veut-elle choisir sa population ? Nous nous battrons pour que ces institutions ne soient pas préteritées par une droite décomplexée et revancharde.

Les Verts de Meyrin-Cointrin regrettent les restrictions et les diminutions de charges votée par une droite unie et peu visionnaire, qui se traduiront à l’avenir selon nous par une diminution de compétences dans la société civile ou l’administration communale.