Les Verts au Conseil muncipal

Suite à la démission de Madame Sabine Tiguemounine, Mme Esther Hartmann a fait la déclaration suivante au nom des Vert.e.s :

« Ce soir nous tenions à prendre la parole afin de remercier Mme Sabine Tiguemounine pour tout l’engagement dont elle a fait preuve ainsi que le travail accompli durant toutes ces années. Toujours à l’écoute de ces concitoyens, Sabine a été à l’initiative de plusieurs textes qui répondaient à des difficultés ou des demandes qu’ils lui exprimaient directement. Qui ne se souvient pas de sa résolution concernant les déjections des pigeons ? Un texte sur les pigeons ? Vraiment ?

Qui n’a pas souri à sa lecture de ce texte ? Combien de blagues n’a-t-elle pas entendues, y compris de ma part ? Et pourtant, combien d’heures de travail derrière tout cela ! Discussions avec les voisins, nombreuses recherches sur les moyens de contraception des pigeons, puis sur les pigeonniers, visite dans différentes communes... Tout cela dans l’espoir de contribuer au mieux-être de nos concitoyens. ... Mais surtout, elle nous a rendu attentifs à l’exaspération de nombreux habitants sur Meyrin et Cointrin. Exaspération se manifestant parfois de manière dangereuse, avec des personnes qui tiraient sur ces volatiles bien trop présents. Le résultat de tout cet investissement pouvait sembler bien maigre, à première vue, puisque seules quelques timides informations auprès de la population ont été initiées. Mais qui sait, un jour peut-être y aura-t-il un pigeonnier à Meyrin... après des hôtels à insectes, et des écuroducs, tout devient possible !

Bien plus décourageant pour Sabine, un texte demandant des mesures afin de sécuriser correctement un passage piétons se situant près du foyer de requérants d’asile de la Commune. Qu’avons-nous fait de faux pour que notre Conseil municipal refuse même d’entrer en matière ? Pourtant, la démarche de notre collègue avait été la même : écoute des habitants, des patrouilleuses scolaires, prise de renseignements... Va-t-il falloir qu’un accident grave ait lieu pour qu’enfin, on accepte de se pencher sur la situation ?

Deux petits exemples qui ont contribué à la décision de Sabine de démissionner... Femme d’action, il lui est presque insupportable d’observer la lenteur de nos travaux, la mauvaise foi dont il nous arrive de faire preuve et l’oubli que nous avons parfois de l’intérêt collectif. Intérêt normalement supérieur aux calculs financiers, voire parfois bassement politiques.

Sabine a aussi eu affaire à la violence de certains concitoyens et de certains conseillers municipaux. Dans une période tourmentée, combien de lettres anonymes a-t-elle reçues ? Des lettres de lâches, contenant menaces et insultes.

Lâcheté et haine qui s’étendaient malheureusement à certains de nos élus municipaux, qui n’ont jamais osé lui dire en face ce qu’ils pensaient d’elle, mais vomissaient des insultes sur les réseaux sociaux. Et pourtant, elle ne s’est jamais abaissée au niveau de ces personnes et nous a souvent retenus de leurs répondre. Il nous semble que Sabine se rappelait mieux de la parabole du païen, dans le nouveau testament, que certains porteurs de croix vindicatifs.

Combien d’entre nous auraient supporté avec autant de courage de telles attaques ?

Ses idées et valeurs, elle les défend jusqu’au bout, mais tout en respectant à la fois les règles démocratiques, le système juridique et les individus qui les composent. Cette façon d’être se manifestait également au sein de notre groupe, où ses points de vue étaient argumentés avec vigueur et conviction, mais jamais en cherchant à écraser ou ridiculiser l’autre.

C’est toujours ce respect, qui l’a fait assister dans le public, en silence à nos débats, avant que la cour constitutionnelle n’accorde un effet suspensif à l’interdiction qui lui était fait de siéger en raison de son voile.

Pour notre groupe, Sabine est la personne qui est souvent la plus cohérente avec nos valeurs. Sa façon de vivre en harmonie avec des principes écologiques, son souci constant de préserver son environnement tout en prenant soin des relations sociales. Sa manière de vivre avec, et non contre les autres, sa grande sensibilité envers les personnes les plus démunies et la défense de leurs droits. Tout cela fait que, pour notre groupe, Sabine reste un exemple au quotidien des valeurs vertes, même si certains désaccords se sont fait jour ces derniers mois. Désaccords, qui ne suffisent pas à camoufler tout le travail et l’action que Sabine accomplit dans son quotidien.

Notre groupe ne peut donc voir qu’à regret, le départ de Sabine. Nous lui souhaitons le meilleur pour son avenir et sommes persuadés qu’elle continuera à se battre dans la société civile pour les valeurs qu’elle a si bien défendues durant sa législature.