Les Verts au Conseil administratif

Partager

Les candidat-e-s au Conseil administratif

Une vision partagée, une expérience confirmée, une solidarité engagée

Une équipe dynamique, efficace et complémentaire pour Meyrin

 

En me présentant au Conseil administratif, il y a quatre ans, j'ai promis de m'investir avec intégrité, efficacité et créativité pour un certain nombre de priorités. En charge des aînés de Meyrin, de l'énergie, de la sécurité, des travaux publics et de l'urbanisme, mon action a été forcément plus marquée dans ces domaines.

Ce qui a été déterminant pour moi et qui continuera à guider mon engagement à l'avenir, c'est d'entretenir un dialogue franc, transparent et constructif avec l'ensemble des associations d'habitants et d'entrepreneurs, ainsi qu'avec tout un chacun, pour que nous trouvions ensemble des solutions aux problèmes d'aménagement, de sécurité, de mobilité, etc.

A la veille de nouvelles élections, il est légitime que chacune et chacun puissent comparer les engagements que j'ai pris en 2011 avec ce qui a été réalisé quatre ans plus tard. Pour ce faire, je vous invite à aller « surfer » sur mon site :

www.patschudi.ch

 

Dans le cadre de cet article, je me contenterai d'énumérer quelques projets phares de la législature écoulée. Des projets qui visent notamment à soulager nos concitoyens en recherche d'emploi, de logement ou de places de crèches et faire de Meyrin une ville d'avenir durable :

La commune de Meyrin, ville de plus de 22'000 habitants et 25'000 emplois, se doit de disposer d'un personnel en suffisance et de moyens adéquats pour accomplir ses tâches publiques. La Commune a également pour mission de préparer l'avenir, d'assurer à nos enfants et petits-enfants une qualité de vie et un environnement sains. Le budget que présente le Conseil administratif pour l'année 2015 est équilibré et raisonnable. Certes, il augmente, notamment en raison de reports de charges du canton vers les communes, mais ces augmentations peuvent être compensées par des recettes fiscales supplémentaires sans qu'il faille élever l'impôt communal, le fameux centime additionnel.